Regards #38 : Racisme systémique dans le système de santé provincial; l’entretien des logements locatifs à Victoria en question

Retrouvez toute l'actualité municipale du Grand Victoria décryptée dans Regards, votre émission hebdomadaire à retrouver sur radiovictoria.ca.
Retrouvez toute l'actualité municipale du Grand Victoria décryptée dans Regards, votre émission hebdomadaire à retrouver sur radiovictoria.ca.
Francois Macone - CILS - VictoriaBC | 12-02-2021

Cette semaine, dans le 38ème épisode de Regards sur le Grand Victoria, notre journaliste Mélinda Trochu dissèque le rapport rendu public cette semaine par la province sur le racisme systémique dans le système de santé.

Le constat est sans appel. Victimes de préjugés et de stéréotypes négatifs, les autochtones évitent le système de santé, ce qui engendre des conséquences graves sur leur santé.

Pour la province, « le racisme systémique requiert une action systémique ». Aussi le ministre de la Santé Adrian Dix a nommé Dawn Thomas Aa ap waa iik au poste de sous ministre déléguée à la mise en place des recommandations issues de ce rapport. Elle est membre de la première nation Snuneymuxw de l’île de Vancouver.

Dans l'actualité cette semaine également, la Colombie-Britannique a acheté une parcelle de 3,4 hectares non développée à un propriétaire privé, pour 13 millions de dollars, dans les territoires des nations Esquimalt et Songhees, afin de soutenir la réconciliation avec la nation Esquimalt.

La nation Esquimalt compte plus de 320 membres, et connaît une grave pénurie de logements. Très peu de terres de la Couronne sont disponibles pour soutenir la réconciliation avec les Premières nations dans le District régional de la capitale.

Selon le ministre des Relations autochtones et de la Réconciliation, Murray Rankin, cet achat de terrain à View Royal, avec des possibilités de développement résidentiel et commercial, marque le début d’un accord de réconciliation qui pourrait prendre de trois à cinq ans pour se concrétiser.

A Victoria, un nouveau règlement adopté par le conseil municipal établissant les normes minimales d'entretien pour les propriétaires d'immeubles locatifs est entré en vigueur le 31 janvier.

Ce règlement édicte les normes et les règles élémentaires de sécurité et sanitaire afin de maintenir dans des conditions habitables les logements locatifs.

Largement insuffisant pour les associations de défense des locataires de la capitale, qui regrettent l'absence de mesures coercitives ou la possibilité de sanction à l'encontre des propriétaires peu regardant.

Isabelle Dehler-Hyde, représentante de Together Against Poverty Society (TAPS), est notre invitée cette semaine.

Elle demande à la ville de consacrer du personnel et des ressources à l'inspection des logements et à l'accompagnement des locataires dans la résolution des litiges, afin de mieux protéger ces derniers face aux risques d'expulsion et de “rénoviction”.