Pyano Sa! ou ce piano-là, tout dernier album de GiFrants en primeur

GiFrants, cheveux gris, chemise à pois et foulard blanc en noir et blanc.
Gifrants, auteur, compositeur, guitariste et chanteur. Fondateur du concept natif et compositeur de musique savante

Pyano sa est une contraction volontaire de la forme créole conventionnelle Pyano sa a. Cela veut dire « Ce piano-là » et c'est qui donne le ton à cet album. Ce dernier opus de GiFrants est composé de sept pièces pour piano qui utilisent des procédés référentiels. C’est-à-dire qui partent des intitulés avant de s’insinuer dans la musique elle-même.

Pour Claude Dauphin, musicologue et professeur émérite à la Faculté du Département de musique de l'Université du Québec à Montréal, Gifrants est un compositeur vibrant d’originalité. C'est un poète des sons autant que de l’imaginaire linguistique. Ses intitulés polyglottes puisent dans le latin, dans l’anglais et dans sa double appartenance identitaire : le français et le créole du nord d’Haïti dont il forge des lexèmes annonciateurs de structures musicales. 

Toujours selon Claude Dauphin, on trouve aussi dans l’ensemble de son œuvre un culte évident de la numérologie évocateur d’une mystique biblique. Il en est ainsi du nombre 7 qui calibre ses suites et recueils, donnant lieu parfois à de véritables combinaisons mathématiques, architectoniques et fractales. Pour lui, les œuvres de Gifrants tissent des textures enguirlandées, légères, diaphanes se disputant le grave et l’aigu. Les marches harmoniques qui, par endroits, soutiennent ces évolutions mélodiques informelles, faites de fusées de gammes et d’arpèges, osent s’aventurer dans une bitonalité, quoique bien polarisée autour des degrés pivots. L’ensemble de ces facteurs procurent aux œuvres de Gifrants une allure de modernité trop rare dans la musique savante haïtienne, conclut-il. 

Gifrants, de son vrai nom Marcien Guy Frantz Toussaint, est un griot. C'est un troubadour du métro pendant de longues années à Boston. Gifrants a su se créer une petite niche aux États-Unis avant de déménager au Québec. Claude Gilles dans un article du Nouvelliste, Haïti estime que la gerbe de notes de ses mélodies trouve leur essence dans le folklore haïtien. C'est un subtil cocktail constituant une réponse musicale à la velléité latente de ghettoïser, voire de domestiquer le monde rural. 

Dans l'univers sonore de GiFrants, il y a le concept « natif » inspiré des rythmes traditionnels d'Haïti et des chants vaudou. Il y a, également, sa musique savante, qui utilise la structure musicale européenne classique appuyée de rythmes traditionnels dont la source remonte en l'Afrique de l'ouest. Le plus bel exemple dans Pyano sa est son arrangement de deux pièces tradionnelles pour violoncelle et piano. 

GiFrants a à son actif plus de dix-sept albums. Il est le témoignage vivant de la beauté et de la diversité du patrimoine culturel d'Haïti.

Veuillez cliquer sur le lecteur pour écouter l'entrevue :