Les Métallos votent en faveur de la nouvelle entente de principe – la grève est terminée

La convention collective des cinq sections locales du Syndicat des Métallos sera renouvelée pour une période de quatre ans.
Photo : Élizabeth Séguin
La convention collective des cinq sections locales du Syndicat des Métallos sera renouvelée pour une période de quatre ans. Photo : Élizabeth Séguin

Les membres des Métallos à Fermont, Fire Lake et Port-Cartier ont entériné ce mardi soir la plus récente entente de principe convenue entre les représentants du Syndicat et ArcelorMittal. Le conflit de travail a pris fin ce mardi à 20h, conformément à ce qui avait été convenu entre les parties.

Les 2500 travailleurs d’ArcelorMittal, qui étaient en grève depuis le 10 mai dernier, se sont prononcés massivement en faveur de la proposition négociée par leurs représentants dans le cadre du renouvellement de leur convention collective.

Le coordonnateur régional des Métallos sur la Côte-Nord, Nicolas Lapierre :

 

Le nouveau contrat de travail prévoit des augmentations salariales moyennes de plus de 3 % par année et des augmentations annuelles moyennes des prestations de retraite de 3,75 %. Les retraités actuels verront aussi leurs rentes être indexées de 1 à 3 %.

« Grâce à ce nouveau contrat de travail, nous estimons que les retombées économiques pour la région devraient atteindre 178 M$ pour les quatre prochaines années, soit une augmentation annuelle moyenne de 14 % dans l’apport à l’économie régionale », a fait valoir Nicolas Lapierre. « À travers cette lutte pour leurs conditions de travail, nos membres se sont aussi battus pour le tissu économique de la Côte-Nord et du Québec. Nous pouvons aujourd’hui être fiers de leur lutte! »

L’employeur a mis de côté son projet d’horaire 14/14 pour les employés du chemin de fer à Port-Cartier. La prime nordique pour les travailleurs de Fermont grimpera de plus de 90 % pour se fixer à 1200 $ par mois en 2024 et la prime de nuit augmente pour l’ensemble des salariés de 50 %. Finalement, tous les travailleurs de Port-Cartier ou qui sont en navettage obtiennent la parité avec leurs collègues de Fermont en ce qui a trait au calcul des vacances.

Deux lettres d’entente s’annexant au nouveau contrat de travail témoignent, selon le Syndicat, de l’importance des gains obtenus pour l’économie de la région et du Québec. La première lettre d’entente, intitulée Contribution à la vitalité de la grande région de Port-Cartier, permet d’instaurer une prime annuelle de 1000 $ à 1200 $ pour tous les travailleurs habitant dans les localités de la Côte-Nord situées entre Baie-Trinité et Sept-Îles. La seconde permettra de créer un Groupe de travail pour la mobilisation et la transformation d’ArcelorMittal. Celui-ci aura pour mandat de trouver des solutions aux enjeux évoqués par les travailleurs et leurs représentants durant la grève : le concentrateur aux installations de Mont-Wright, la santé et sécurité du travail, la main-d’œuvre et l’emploi local, la rénovation et l’entretien du parc immobilier à Fermont, les retombées économiques pour les fournisseurs locaux de biens et services, l’implication et l’initiative dans la communauté, le développement du sentiment d’appartenance, etc.

À Fermont, le local 5778 des Métallos a adopté à 96 % cette nouvelle offre de la partie patronale, tandis que les membres du 7401 Nord l’ont adopté à 90 % et à 98 % pour le 7401 Sud.

Résultat des votes  par section locale :
5778: 96% accepté
6969: 88% accepté
8664: 95% accepté
7401 Nord: 90% accepté
7401 Sud: 98% accepté

Taux de participation:
5778: 78%
6869: 93%
8664: 90%
7401 nord: 85%
7401 sud: 92%

Les deux parties étaient de retour à la table de négociations ce jeudi soir, après y avoir été convoqués par le conciliateur. Le président et chef de la direction d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada et président du comité de gestion d’ArcelorMittal Infrastructure Canada, Mapi Mobwano, a participé à ces derniers pourparlers.

« Nous sommes heureux de tourner la page sur ce conflit », a-t-il déclaré. « Les dernières semaines ont marqué un temps d’arrêt pour nous permettre de repartir ensemble sur des bases nouvelles. Nous avons hâte d’accueillir à nouveau nos employés et je les assure personnellement de mon engagement, ainsi que celui de tous les gestionnaires et membres de la direction, envers un environnement de travail sain et sécuritaire où le respect mutuel devra primer », a-t-il ajouté.

Selon la minière, la dernière ronde des négociations « a permis de régler les derniers points en suspens et de convenir à une entente de principe ».

La convention collective des cinq sections locales du Syndicat des Métallos sera renouvelée pour une période de quatre ans.