Les étudiants en service social de l’Université d’Ottawa organisent un panel au sujet des pratiques anti-oppressives

Affiche des participants de la conférence
L'Association des étudiantes et étudiants diplômés en service social a organisé la conférence de pratique anti-oppressive dans le cadre de la semaine nationale du travail sociale. (Photo: page Facebook de l'Association des étudiantes et étudiants diplômés en service social.)

L'association des étudiantes et étudiants diplômés en service social de l'Université d'Ottawa organise la conférence Pratiques anti-oppressives: contrer le racisme et les discriminations dans nos interventions. Elle aura lieu ce mercredi 3 mars, de 18h00 à 20h30.

Selon Jennica Thomas, une étudiante de l'université d'Ottawa, spécialisée en service social, l'objectif est de donner aux participants plus d'informations sur plusieurs thèmes, par exemple; comment établir un espace bienveillant et sécuritaire, ouvrir des discussions sur le racisme et des méthodes pour comment avoir une approche anti-oppressive lors d'interventions, en tant que travailleur social ou intervenant.

Durant la conférence, il y aura trois panélistes:

  • Le psychothérapeute Yann Vivette Tsobgni,
  • La travailleuse sociale autochtone Katy Tanguay
  • Intervenant LGBTQ+ André Ho

Plusieurs enjeux sociaux et sujets tabous vont être discutés. "Durant notre conférence, on veut vraiment de la part de notre panéliste, qui est elle-même noire, donc c'est une personne racisée qui est l'invitée pour parler de ces enjeux-là, de bien outiller non seulement les personnes qui vivent cette discrimination (donc les personnes noires), mais aussi les personnes qui voudraient savoir comment être alliés ou comment être présent pour la communauté noire", dit Thomas.

Voici l'entretien de CHUO avec Jennica Thomas :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments