Le port du masque sera obligatoire à la rentrée scolaire pour les écoles de la DSFM

De jeunes élèves portent un masque en salle de classe et écrivent.
Les élèves de la 4e à la 12e année devront porter le masque dans les écoles de la DSFM. (Photo : Pixabay)
Caroline Touchette - CKXL - Saint-BonifaceMB | 20-08-2021

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) exigera le port du masque dans ses écoles dès la rentrée scolaire en septembre 2021.

Selon le communiqué de la DSFM, la décision a été prise afin « d'assurer un environnement scolaire sécuritaire pour ses 5 900 élèves et l'ensemble de son personnel ».

Le risque d'une potentielle quatrième vague de la pandémie de la COVID-19 causée par le variant Delta rend la division soucieuse.

Le port du masque sera obligatoire pour les élèves de la 4e à la 12e année et ils pourront l'enlever une fois assit à leur pupitre si la distance de deux mètres est possible.

Les élèves qui auront moins de deux mètres de distance seront offerts des « pauses masque » au court de la journée, soit pendant la lecture, une collation ou lorsqu'ils passeront du temps dehors pour qu'ils puissent bien respirer l'air frais, explique le directeur général de la DSFM, Alain Laberge.

« Pour les parents qui peuvent s'inquiéter du fait [que l'enfant] va avoir un masque, on va s'assurer qu'il va avoir assez de pauses durant la journée pour que l'enfant puisse continuer à bien respirer», déclare Laberge.

D'ici le 23 août, la DSFM fera parvenir un Guide de la rentrée aux familles et aux tuteurs légaux dont les enfants sont inscrits dans l'une de ses 24 écoles. Ce document contiendra plus de détails sur les mesures prises dans les écoles pour un retour en classe sécuritaire.

« On pense que c'est important d'offrir aux parents les grandes lignes des principes qui vont venir en début d'année », explique Alain Laberge, qui souhaite une bonne rentrée scolaire à tous les élèves et membres du personnel.

Caroline Touchette et Yan Dallaire s'entretiennent avec le directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine, Alain Laberge, pour parler de la rentrée :