La MRC de Roussillon salue l’avancement dans le dossier du prolongement du REM 

Photo en plongée d'une voiture du REM qui circule sur des rails bordées de deux tronçons routiers.
Une voiture du Réseau express métropolitain circule sur les rails à Brossard lors d'une période de tests d'une durée de 13 mois (Photo:Alstom / C. Fleury)

Le préfet de la MRC de Roussillon et maire de Delson, Christian Ouellette, salue l’intérêt de la Caisse de dépôt et placement à prolonger le Réseau express métropolitain sur le territoire de la MRC de Roussillon, entre Châteauguay et Boucherville. 

M. Ouellette voit dans le REM une manière de désengorger l’autoroute 30 de sa circulation automobile et comme un bon levier de développement économique. 

 

 

CDPQ Infra étudierait plusieurs scénarios pour le tracé, dont par le boulevard Taschereau notamment. 

Le préfet Ouellette a évité de s’avancer sur le tracé à privilégier, mais il souhaite que la nouvelle infrastructure soit bénéfique à l’ensemble de la population de la MRC de Roussillon. 

 

 

Le premier ministre du Québec, François Legault, a indiqué qu’une annonce pourrait survenir bientôt par rapport à ce projet de prolongement du REM sur la Rive-Sud de Montréal. 

M. Legault a confirmé hier en point de presse les informations avancées par le quotidien La Presse concernant l'intérêt de la Caisse de dépôt et de placement du Québec à prolonger le REM sur la Rive-Sud de Montréal entre Boucherville et Châteauuguay.

 

 

Selon le premier ministre le prolongement dans l’axe est-ouest de la Rive-Sud, tout comme un tronçon du boulevard Taschereau, plaît à la Caisse, davantage qu’un tronçon entre Brossard et Chambly.

Pour rappel, la MRC de Roussillon proposait en décembre une bonification du projet longueuillois LÉÉO (du lien électrique est-ouest), pour qu’il roule dans l’axe de la route 132.

Cela aurait été pour desservir les municipalités de la MRC en plus de renforcer le maillage du réseau métropolitain.