La Cour suprême de la Nouvelle-Écosse invalide les cellules nues dans les prisons pour femmes

En noir et blanc, une grille de prison au premier plan. A l'arrière plan, une cellule floue on voir un lit.
Le fédéral a désormais 6 mois pour faire évoluer la loi (photo : Pixabay)
Valentin Alfano - CKRH - HalifaxNS | 15-11-2021

Vendredi dernier, le juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, John Keith a invalidé la loi qui autorise l'utilisation de cellules nues, estimant qu'elle enfreint l'article 15 de la Charte.

Cette étape, qui est décrite comme un pas important vers la justice selon l'association Elizabeth Fry, intervient après que Lisa Adam, une mère de famille du Nouveau-Brunswick, a contesté la loi qui l'a maintenue pendant 16 jours en isolement dans l'établissement Nova, la prison pour femme à Truro, sous observation directe, avec les lumières allumées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec des contacts humains limités, tout en lui refusant un accès significatif à un avocat. Une pratique jugée dégradante et cruelle appelée "dry celling" ou cellule nue.

Jusqu'à présent, l'article s. 51(b) de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition donnait à la direction de la prison le pouvoir de détenir Mme Adam dans une "cellule nue" pour une période indéfinie parce qu'elle était soupçonnée de transporter des objets interdits dans son vagin - une cavité d'où les objets prennent plus de temps à être expulsés, si tant est qu'ils puissent l'être.

Dans sa décision, le juge John Keith déclare que cette loi enfreint l'article 15 de la Charte, notant que les personnes
incarcérées "raisonnablement soupçonnées de porter des objets de contrebande dans leur vagin sont contraintes d'assumer des charges supplémentaires, tant en termes de risque de détention en cellule nue que de durée de cette détention."

Emma Halpern membre de la Société Elizabeth
Fry de la Nouvelle-Écosse et membre de l'équipe juridique de Lisa Adam (Photo : Facebook Association Elizabeth Fry)

"Il s'agit d'une victoire importante pour les prisonniers de tout le pays. C'est aussi un message essentiel au Parlement sur la légalité de la pratique torturante de la mise en cellule nue des personnes vulnérables", a déclaré Emma Halpern de la Société Elizabeth Fry de la Nouvelle-Écosse.

Le juge Keith a donné 6 mois au gouvernement fédéral pour modifier la loi afin de la mettre en conformité avec la Charte.