Fairy Creek de retour à la Cour suprême de la C-B

Des arbres bruns dans une forêt verte, avec des champignons et des roches au sol.
Le dossier des manifestations à Fairy Creek est ramené devant une audience en Cour Suprême depuis la semaine dernière. (Photo : Pixabay)
Daniel Birru - CILS - VictoriaBC | 21-09-2021

Après plus d’un an de manifestations sur le site de la forêt primaire, la cause de Fairy Creek, en lien avec la lutte contre l’injonction, est de retour en Cour Suprême à Nanaimo, depuis la semaine dernière. La compagnie Teal Jones vise à ce que cette injonction soit renouvelée, à l’approche de la date butoir du 26 septembre. Cependant, cette requête ne plaît pas à tous les manifestants.

Phil Dwyer, avocat qui représente certains membres du blocus qui se tient dans la forêt depuis l’été 2020, explique que la prolongation de cette injonction viendrait provoquer de la contestation dans ce dossier et c’est pourquoi il s’y oppose. Il mentionne qu’elle relève des problématiques, notamment en lien à la sécurité des manifestants qui sont présents. Parmi les applications qui ont été déposées à la Cour Suprême, M. Dwyer se penche en grande partie sur l’opposition à cette injonction demandée par Teal Jones, en mentionnant qu’il sera important de surveiller les conditions liées à la cause si elle va de l’avant.

Un autre dossier prioritaire pour M. Dwyer est la brutalité policière sur les lieux. Selon lui, de nombreux problèmes existent sur la manière dont la GRC intervient auprès des manifestants. Les policiers devront certainement effectuer une révision de manière approfondie sur ces différentes façons, et c’est ce pour quoi ses clients militent, en Cour Suprême. Ils veulent voir des actions concrètes pour mettre fin à ces agissements qu’ils jugent inacceptables. « Les différentes tactiques utilisées par les manifestants ne laissent pas le choix aux policiers d’agir de cette façon, » dit l’avocat, « alors il y a ces deux points qui sont présentés au juge à prendre en considération. »

La même cause avait été présentée devant le juge en Cour Suprême en avril dernier, et celui-ci avait tranché en faveur de cette injonction pour une durée de six mois, qui doit prendre fin le 26 septembre. Le juge doit maintenant prendre sa décision d’ici trois à quatre semaines.

Jusqu’à maintenant, près de 1000 arrestations ont été effectuées sur le site de Fairy Creek, dans l’ouest de l’île de Vancouver, depuis plus de 13 mois.

Phil Dwyer a discuté de cet enjeu au micro de Daniel Birru :