Basse-Côte-Nord: les comités locaux veulent des pouvoirs accrus

Un homme d'âge mûr portant casque, lunettes et coupe-vent tient une liasse de documents dans ses mains
Gilles Monger, président du Comité local de Tête-à-la-Baleine (Photo: Roger Clavet)
Roger Clavet - CJTB - Tête-à-la-BaleineQC | 13-09-2021

La Loi qui a créé la Municipalité de la Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent aura bientôt 60 ans. Et elle vieillit mal, selon des comités locaux des cinq villages qui en font partie: Tête-à-la-Baleine, Kegaska, La Romaine, Chevery et Harrington Harbour.

Les comités locaux, l'équivalent de mini-conseils de ville, se plaignent de ne pas avoir suffisamment d’autonomie: chacune de leur décision doit être soumise et approuvée par une administratrice, désignée par le gouvernement, mais non élue.

Dans un document que s’apprêtent à déposer les cinq comités locaux de la Municipalité, ceux-ci proposent de modifier la Loi afin d’obtenir des pouvoirs accrus, un mécanisme de consultation plus efficace et un meilleur suivi des dossiers prioritaires.

Roger Clavet a parcouru le document. Il s’entretient avec le président du comité local de Tête-à-la-Baleine, Gilles Monger :