Journée mondiale du deuil périnatal et néonatal : le pouvoir d’en parler

Deux photos du même couple avec à gauche bébé Delphine et à droite bébé Malcom. Photo de couleur noir et blanc. Maman à gauche et papa à droite. La maman tien l'enfant à sa gauche.
En ce 15 octobre, journée mondiale du deuil périnatal et néonatal. Stéphy Tremblay et Frédéric Hervieux résidents de Forestville ont vécu le deuil de leur petite Delphine et de leur petit Malcom. (Photo: Gracieuseté Stéphy Tremblay)
Anne-Sophie Paquet Thériault - CHME - EscouminsQC | 15-10-2021

La journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal permet de lancer une réflexion sur le cas très particulier des nourrissons morts avant le moment de l'accouchement ou immédiatement après leur naissance. Plusieurs parents souffrent évidemment de ce deuil terrible. Pour la région de la Haute-Côte-Nord et même sur l'ensemble de la Côte-Nord il n'y a pas beaucoup, voir aucun, service officiel de ressources pour venir en aide aux endeuillés.

Stéphy Tremblay et Frédéric Hervieux ont malheureusement vécu ce deuil pas une, mais deux fois. Grossesse parfaite, accouchement parfait, malheureusement la petite Delphine est décédée après 15 jours de vie sans comprendre les raisons de son départ. L'histoire du petit Malcom est différente. À l'échographie morphologique, le couple a appris que le petit bonhomme était très malade au point que ça pouvait aussi être dangereux pour la maman. Stéphy a dû accoucher d'urgence à 21 semaines de grossesse. La question pourquoi? Reste toujours sans réponse.

C'est presque deux ans et demi après la naissance de Delphine et surtout grâce à Malcom que le couple a pu savoir que les deux enfants étaient atteints de la même maladie génétique qui donnait une malchance sur quatre d'en être porteur.

Avec les années la société est plus ouverte et surtout plus sensible à parler des deuils périnatals et néonatals. La raison est simple, plus le sujet sera abordé, plus les gens seront outillés pour l'accueillir.

On doit en parler comme il se doit. Peu importe le nombre de semaines ou de jours que l'enfant a vécu, il a son importance et il fait partie de nos familles. - Stéphy Tremblay

Aujourd'hui Stéphy rend hommage à ses cocos avec la confection de bracelets et d'anges de la route fabriquée par amour. L'entreprise Bracelet Delphine fait vivre Delphine et Malcom en plus de donner tous les profits au Manoir Ronald McDonald où le couple a séjourné pendant l'hospitalisation de Delphine. À chaque anniversaire de Delphine, Stéphy offre un don au manoir avec la vente de ses bracelets et anges de la route. À ce jour, un montant de 11 700$ a été remis.

Ressources disponibles

Malheureusement pour l'ensemble de la région, il n'y a pas de ressource officielle pour les parents endeuillés. Plusieurs organismes se battent pour se faire entendre avec un besoin financier criant pouvant engager une personne dans cet accompagnement particulier et important. Pour la Haute-Côte-Nord , c'est unanime, les intervenants communautaires vont toujours accueillir un ou des parents, peu importe leur situation pour les écouter et leur suggérer des ressources, mais à l'extérieur de la région. Du côté de la Maison de la Famille de Longue-Rive, l'organisme propose de l'accompagnement au besoin grâce à Stéfany Dufour intervenante communautaire qui a vécu elle-même un deuil périnatal et qui se sent outillée pour aider les familles dans le besoin :

 

Voici les organismes que vous pouvez contacter selon votre secteur si vous en ressentez le besoin:

Ressource Parenfants

Maison de la Famille de Longue-Rive

Espace Familles secteur Est

Maison des Familles de Baie-Comeau

La Source de Sept-Iles

Les Perséides 

Voici l'entrevue touchante réalisée avec Stéphy Tremblay sur les ondes de CHME: