Il faudrait créer un parti Autochtone au Nouveau-Brunswick selon un chef

Deux drapeaux autochtones flotant au vent
Les drapeaux des Premières Nations Mi'kmaq (en haut) et Wolastoqey (Photo : Frédéric Cammarano)

Le chef de la Première Nation de St. Mary's croit qu'un parti Autochtone pourrait mieux défendre les intérêts des Autochtones.

« Je crois qu'un parti pour les Premières Nations ferait certainement une grande différence. Je crois qu'il est temps que ça se fasse », dit en anglais Alan Polchies Jr.

 

 

Il a toutefois refusé de préciser si des discussions à ce sujet étaient en cours.

Alors que les rumeurs de la tenue d'une élection générale s'intensifient, M. Polchies Jr. assure qu'il discutera avec les autres chefs de la Première Nation Wolastoqey avant qu'ils appuient un parti publiquement.

« J'aimerais regarder toutes les plateformes et obtenir un consensus absolu d'un parti politique qui défendra l'organisation d'une enquête (indépendante) et qui s'attaquera au racisme systémique », dit-il.

 

 

Enquête indépendante

Dans une déclaration écrite, les chefs ont exprimé leur appui envers Jake Stewart, le ministre des Affaires autochtones, qui appuie la mise sur pied d'une enquête indépendante concernant deux Autochtones morts sous les balles des policiers en juin au Nouveau-Brunswick.

Lors d'une mêlée en juillet, le premier ministre Blaine Higgs, qui a rencontré les chefs à quelques reprises pour parler d'une enquête indépendante, avait manifesté son intention de définir les paramètres et d'établir un calendrier pour apporter de « véritables changements ».

À la suite de la dernière réunion, les chefs avaient soutenu que M. Higgs ne voulait pas négocier avec eux.

« Le gouvernement doit se pencher sur ces problèmes, point final », soutient M. Polchies Jr.