Des professeurs de l’Université d’Ottawa défendent leur droit académique après la suspension d’une collègue

Des bâtiments de l'Université d'Ottawa pris en photo depuis un autre bâtiment du même établissement.
Des bâtiments de l'Université d'Ottawa. Crédit photo : Ayouba Sow
Ayouba Sow - CHUO - OttawaON | 28-10-2020

Depuis la suspension de Verushka Lieutenant-Duval par la direction de l’Université d’Ottawa le 23 septembre pour avoir utilisé le mot « Nègre » en anglais dans le cadre de son cours, l’établissement est au cœur d’une controverse. Cette suspension intervient à la suite d’une plainte déposée par une étudiante. Une trentaine de professeurs, dont Marc-François Bernier, ont publié une lettre ouverte pour réclamer le respect de la liberté académique. Autrement dit, le droit pour le professeur de pouvoir s’exprimer sans contrainte.

Monsieur Bernier demande à la direction de l’Université d’Ottawa de protéger son personnel tout en promouvant la réflexion critique dans le respect.

Marc-François Bernier, professeur titulaire à l’université d’Ottawa est au micro de Ayouba Sow.